Les habitants de La Laguna

Découvrez la vie de tous les jours

Nous donnons maintenant la parole à nos protagonistes. Découvrez plus en détail la vie des professionnels du café à travers ces portraits.

Miguel, 50 ans,
cultivateur de café

« Le café rythme la vie du Honduras : la vie des gens mais aussi l’économie. »

Comme moi, mon grand-père produisait du café ici. Moi, j’ai huit employés et en période de récolte, j’en ai même 30. J’aime la vie calme de la campagne par opposition à la ville, polluée et dangereuse. Ici, j’ai des arbres pour panorama, de l’air frais à respirer et la chance de pouvoir vendre nos cultures.

Jesús, 75 ans,
producteur de café

« Le café ne nous laisse quasiment aucun répit. Parfois, je vais à l’église. Mais avec ces montagnes de café, on est occupés toute l’année. »

Il y a quelques années, la rouille orangée du caféier a provoqué de lourdes pertes. Aujourd’hui, je cultive de nouvelles variétés plus résistantes. Ce que je préfère, c’est ma pépinière de caféiers. Travailler avec Alfredo et son équipe est pour moi plus intéressant que dans les autres Beneficios. Lui soutient les producteurs. Je souhaite retrouver une femme qui puisse m’aider à la plantation et m’accompagner à l’église.

Esmeralda , 54 ans,
vendeuse dans le magasin du village

« Mon but dans la vie est d’élever mon petit-fils et de lui offrir une bonne instruction. »

J’aime mon travail car je suis au contact de gens toute la journée. Mes articles sont moins chers qu’ailleurs, du coup j’ai une clientèle croissante de producteurs. Ce n’est pas évident parfois de conjuguer le travail au magasin et la gestion du foyer. Mais je finis toujours par y arriver. J’ai cinq enfants. Le plus jeune vit aux États-Unis depuis quatre ans. Pour mon petit-fils, je souhaite une bonne instruction et un avenir sûr.

Héctor, 32 ans,
responsable réception de la marchandise et vérification de la qualité

« El mal de uno es el mal de todos ! » (Quand ça va mal pour l’un, ça va mal pour tous !)

J’habite à environ 20 minutes de marche du Beneficio. J’y vais avec mes collègues. Ils passent me prendre chez moi. On est très amis et on fait beaucoup de choses ensemble durant notre temps libre. Mon père m’a tout appris de la culture du café. Ce que je préfère dans mon travail, c’est l’analyse du café et le contact direct avec les producteurs. Mon but dans la vie est d’offrir à mon fils une vie meilleure grâce à l’instruction.

Donaldo, 35 ans,
conducteur de camions et homme à tout faire

« Maintenant que je travaille dans le café, je le vois différemment. »

Je récupère le café chez les producteurs, l’amène au Beneficio, puis le véhicule par camion jusqu’à San Pedro. La campagne a certes ses embûches, mais j’adore mon travail ! Auparavant, j’étais dans l’agriculture. Maintenant, le café c’est ma vie. C’est une nécessité, mais aussi une grande passion. Mon temps libre, je le passe de préférence avec mon épouse et mon fils ou sur ma propre petite plantation de café et de bananes.

/media/image/d5/50/51/la-laguna-step3-subpage-lellis.jpg

Lellis, 40 ans,
homme à tout faire au Beneficio

« Le Beneficio est un bon employeur dans la région. »

Je vais partout où l’on a besoin de moi. Je veille entre autres à ce que les opérations de dépulpage se déroulent correctement. Les nouvelles machines du Beneficio sont nettement plus efficaces et j’ai hâte de pouvoir les utiliser à l’issue de ma formation. Durant mon temps libre, je pars chercher du bois à brûler pour ma femme ou je vais danser avec des amis. Pour mes enfants, je souhaite une existence autonome, avec un emploi qui ne leur abîme pas la santé.